Retour à la page principale




Les schtroumpfs olympiques

           Difficile de choisir parmi les albums de ma collection, ceux qui m'ont le plus ému, amusé, impressionné... Après avoir essayé de n'en sélectionner que dix, le choix s'est avéré trop difficile, et ma sélection s'est élargie à quinze albums. Voici donc, de façon très arbitraire, les quinze albums qui m'ont le plus marqué.
           Impossible de faire en plus un classement au sein de ce top 15 ; les albums sont donc simplement classés par ordre alphabétique du dessinateur.


Partie de chasse
Série : one shot
Dessinateur : Enki Bilal
Scénariste : Pierre Christin
les épurations post-staliniennes

1983. Sept ans avant la chute du mur de Berlin, Vassili Alexandrovitch Tchevtchenko, vieil et puissant dignitaire soviétique, invite ses hommes, tous héros révolutionnaires, ainsi que Sergueï Chavanidzé, son dauphin imposé, à une partie de chasse. Tous ces hommes se remémorent les heures de gloire du communisme, mais aussi et surtout la naissance sanglante de l'URSS, les purges sans nombre, les assassinats politiques et les revirements brutaux du parti central, brisant sans pitié ses serviteurs les plus fidèles. Critiques scandalisant Chavanidzé, jeune et intransigeant apparatchik. Son intransigeance le mènera à la mort, la partie de chasse n'ayant été organisée que pour se débarrasser de lui.
Superbe et prémonitoire fiction politique signée Pierre Christin, magnifiquement servie par le dessin de Bilal, Partie de chasse fut qualifiée à sa sortie de "Citizen Kane de la BD" par le journal Libération.


Isaac le pirate - 1er cycle
Série : Isaac le pirate
Dessinateur : Christophe Blain
Scénariste : Christophe Blain
première planche, Isaac à Paris

Le XVIIIe siècle : Isaac Sofer, peintre désargenté, s'embarque sur les mers sans trop réfléchir, avec l'idée de revenir très riche, et très vite, pour épouser son Alice qu'il aime. Embarqué sur le bateau du presque pirate Jean Mainbasse, Isaac Sofer peint et dessine tout ce qu’il voit. Pendant ce temps, Alice, fiancée d’Isaac, succombe petit à petit à Philippe du Chemin Vert.
Dans cette série de pirates pas comme les autres, Blain prouve qu'il est sans conteste l'auteur le plus doué de sa génération. Scénariste hors pair, il livre une série tout en finesse et en poésie. Quant à son dessin, c'est tout simplement une merveille : les planches sur l'aurore boréale dans le deuxième tome, par exemple, sont absolument sublimes. L'intégrale de ce premier cycle, en noir et blanc, permet de mieux savourer encore le travail de Blain. Seul bémol, elle ne reprend pas les trois couvertures, qui sont pourtant autant de chefs d'oeuvre.


Dragon Lady
Série : Terry et les pirates
Dessinateur : Milton Caniff
Scénariste : Milton Caniff
Terry, Pat, Connie et Normandie

Lorsqu'en 1934, Milton Caniff entame les aventures de Terry et les pirates, il révolutionne la bande dessinée par sa mise en images très cinématographique, son extraordinaire maîtrise du noir et blanc, et l'introduction des premiers rôles féminins de la BD, femmes fatales à la tête desquelles on trouve la splendide et dangereuse "Dragon Lady", de son vrai nom Loi Choi San, qui signifie Montagnes de richesses...
Terry et les pirates relate les aventures d'un jeune gamin américain, Terry, et de ses amis Pat Ryan et le boy chinois Connie sur le continent asiatique et en mer de Chine. Pirates, complots, amours et trahisons sont au rendez-vous. Il faudra attendre quarante ans, et la naissance d'un certain Corto Maltese, pour retrouver un tel souffle épique.
Dessinateur génial et précurseur, Milton Caniff a influencé des auteurs tels que Hugo Pratt bien sûr, mais aussi Victor Hubinon, Arthur Piroton ou Albert Uderzo.


Le jeune Albert
Série : one shot
Dessinateur : Yves Chaland
Scénariste : Yves Chaland
planche publiée à la mort d'Hergé

Mon plus grand choc de lecteur. Vingt ans après Franquin et son mythique Gaston Lagaffe, Chaland réalise l'exploit de captiver, en deux strips, les lecteurs à chaque nouveau numéro de Métal hurlant.
Dans cet album, sans doute le plus personnel, le plus introspectif de son oeuvre, Chaland dépeint à coups de plume acérés les tares et défauts de l'espèce humaine. Le racisme, la peine de mort, la maladie... à travers le regard sans concession et parfois cruel du jeune Ketje.
Servi par un dessin sublime et d'une rare élégance, un album tendre, ironique, drôle... Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire cet album exceptionnel. Un livre vraiment indispensable, à savourer encore et encore.


QRN sur Bretzelburg
Série : Spirou
Dessinateur : André Franquin
Scénariste : Greg
mésaventure du marsu et de sa radio

Difficile de choisir un album parmi les Spirou dessinés par Franquin : Le repère de la murène, Le nid des Marsupilamis, la saga des Zorglub sont autant de chefs d'oeuvre. Franquin, il aurait voulu rater un dessin qu'il n'aurait pas réussi...
Alors, pourquoi QRN sur Bretzelburg ? Peut-être pour la scène d'introduction, montrant un Marsupilami aux prises avec une mini-radio coincée dans son nez, allumée ? Peut-être pour la vision du petit pays soumis à une impitoyable dictature, réduisant son peuple à la misère et à la famine, vision traitée avec autant d'humour que de compassion ? Peut-être pour l'incroyable duel culinaire, vu en match de tennis, avec le Marsupilami impérial en fond de court ? Sans doute pour tout cela, et pour tout le reste !


Les idées noires
Série : one shot
Dessinateur : André Franquin
Scénariste : André Franquin
la célèbre scène des loups

Seul auteur à figurer deux fois dans cette liste, Franquin livre ici un album aux antipodes de ses précédentes productions. Car dans les Idées noires, c'est un dessinateur au plus profond de sa déprime qui dépeint sa vision du monde. A l'image de la couverture de l'album, montrant un Franquin broyant littéralement du noir, c'est aussi sombre que drôle, et c'est surtout d'une maestria graphique assez incroyable.


Il s'appelait Jérôme
Série : Martin Milan
Dessinateur : Christian Godard
Scénariste : Christian Godard
introduction

Le plus émouvant des aviateurs. Martin Milan possède un vieux coucou baptisé Le Vieux Pélican, lequel lui permet d'exercer le beau métier de pilote d'avion-taxi. Dans cet album, Martin se souvient de Jérôme, son ami, celui qui voulait tant lui ressembler. Un jour, Jérôme se tue et disparaît dans les nuages, mais non sans saluer une dernière fois celui qu'il considérait comme son frère.
Martin Milan est une série un peu à part, alliant un graphisme de série comique, à des scénarii ironiques, tendres et engagés ; ce curieux mélange ajoutant encore de la force à l'émotion dégagée par cette belle série. Emotion et sensibilité sont donc au rendez-vous avec Martin Milan, dont Il s'appelait Jérôme marque un sommet.


Les bijoux de la Castafiore
Série : Tintin
Dessinateur : Hergé
Scénariste : Hergé
les vocalises de la Diva

Cet album, publié en 1963, est l'oeuvre la plus accomplie d'Hergé. Ici, pas d'aventure, les héros ne quittent même pas leur sweet home, toute l'histoire se déroulant dans à Moulinsart. Tout est fait pour embrouiller le lecteur : les fausses pistes se multiplient et n'aboutissent à rien, les vols s'accumulent et se révèlent tous faux, les médias inventent révélations et scoops imaginaires.
Un sommet graphique (la télévision couleur de Tournesol brouille la vue des personnages, et du lecteur), des répliques savoureuses (la Castafiore affuble Haddock de tous les patronymes possibles, sauf le bon), Les bijoux de la Castafiore marquent le sommet graphique et narratif d'Hergé.
A lire, Les bijoux ravis, de Benoît Peeters, fabuleuse étude case par case de l'album d'Hergé.


La marque jaune
Série : Blake et Mortimer
Dessinateur : Edgar P. Jacobs
Scénariste : Edgar P. Jacobs
première apparition de la Marque Jaune

Peut-être LE meilleur album de bande dessinée de tous les temps. Dans cette histoire de manipulation mentale, Jacobs, au sommet de son graphisme, dépeint un Londres sublime et glauque, battu par "la pluie qui tombe obstinément depuis la veille". Blake et Mortimer se retrouvent confrontés au parangon de savant fou, le Docteur Septimus, génial inventeur, mais malade névrosé et paranoïaque, dont la folie fera l'objet de très sérieuses études psychiatriques. Quant à Guinea Pig, alias la Marque Jaune, cobaye soumis de Septimus, qui promène son inquiétante silhouette dans le décor londonien (ah, cette poursuite dans les égouts !), il signe ses forfaits de sa célébrissime marque jaune, qui marqua une génération entière, et fut tracée sur tous les murs d'écoles par des enfants passionnés. Cerise sur le gateau, la mythique couverture, montrant sur fond de briques rouges une marque jaune démesurée écrasant les deux héros.
Un must absolu.


Le Rige
Série : La quête de l'Oiseau du temps
Dessinateur : Régis Loisel
Scénariste : Serge Le Tendre
arrivée chez le Rige

Sur Akbar, le terrible dieu Ramor est sur le point de revenir. La princesse-sorcière Mara confie au Chevalier Bragon et à sa fille Pélisse la redoutable mission de le stopper. Ils n'ont que neuf jours pour réussir.
Dans Le Rige, Bragon se retrouve face à face avec son Maître. Redoutable chasseur, ce dernier organise une traque à travers son territoire, dont l'issue ne pourra être que la mort du maître ou de l'élève.
Loisel et Le Tendre sont de fabuleux créateurs de monde. Chaque pays qui compose Akbar a son peuple, son architecture, et surtout son bestiaire propres. Le dessin de Loisel s'affirme au fur et à mesure de la saga, atteignant son summum avec Le Rige, et le scénario de Le Tendre est une vraie réussite, réservant de plus l'une des plus belles fins de l'histoire de la bande dessinée.


Chaminou contre le Khrompire
Série : one shot
Dessinateur : Raymond Macherot
Scénariste : Raymond Macherot
l'entrée sur scène de Chaminou

En 1964, Raymond Macherot, grand maître de la bande dessinée animalière, quitte Tintin pour rejoindre le beau journal de Spirou, où il crée Chaminou. Chaminou habite Zoolande, une île peuplée d'animaux devenus végétariens, et où les carnivores sont sévèrement punis. C'est alors que le Khrompire, léopard adepte de chair fraiche, s'échappe. Chaminou, agent secret aux ordres du roi Léon, et flanqué de sa secrétaire Zonzon, est chargé de l'enquête. Macherot régale son lecteur dans cette parodie de polar américain, à l'univers baroque et intemporel : la ville est faite de buildings ultra-modernes, mais les rues bordées de vieux réverbères ; la télé est partout, mais les costumes sortent des années 30 ; on procède à une chirurgie esthétique dernier cri, mais on s'échappe par des souterrains planqués dans l'épaisseur des murs de la prison de Durmur. Le dessin est plein de fraicheur, mais le propos est parfois violent.
Hélas, cet ovni, trop en avance sur son temps, ne rencontra pas de succès auprès des lecteurs : le Chaminou de Macherot ne vivra qu'une seule et inoubliable aventure.


Le Schtroumpfissime
Série : Les schtroumpfs
Dessinateur : Peyo
Scénariste : Yvan Delporte
premier vote chez les Schtroumpfs

Le meilleur album d'une excellente série, souvent injustement considérée comme réservée aux plus petits. Dans cet album, le Grand Schtroumpf part quelque temps. En son absence, les Schtroumpfs se chamaillent, puis organisent des élections pour le remplacer. Un schtroumpf, politicien avant l'heure, use alors de toutes les ficelles pour remporter les suffrages : discours démagogiques, promesses innombrables, achats de voix..., et le malin est élu. Las ! le pouvoir lui monte à la tête, et la jeune démocratie schtroumpf se transforme bien vite en une impitoyable dictature, avec milice, culte de la personalité et persécutions en tous genres.
A travers une fable apparement pour enfants, Peyo et Delporte se livrent à une critique plus actuelle que jamais des travers de la démocratie, depuis les dangers démagogiques jusqu'aux dérives autocratiques. Une vrai leçon de civisme, rudement bien schtroumpfée.


La ballade de la mer salée
Série : Corto Maltese
Dessinateur : Hugo Pratt
Scénariste : Hugo Pratt
Pandora et Cain

"Je suis l'Océan Pacifique et je suis le plus grand. On m'appelle ainsi depuis très longtemps, mais ce n'est pas vrai que je suis toujours pacifique..."
Ainsi débute la ballade de la mer salée, grande geste maritime foisonnant de personnages inoubliables : Corto Maltese bien sûr, le marin nonchalant qui vit ici sa première aventure ; Raspoutine, le pirate fou et assassin, ami de Corto mais qui ne pense qu'à le tuer ; la belle Pandora, naufragée fragile et attirante ; et le Moine, chef mystérieux et immortel des pirates. Mais le vrai héros, le personnage central omniprésent, c'est celui qui donne son nom à l'album, l'Océan Pacifique.
Difficile de ne pas succomber au charme cette ballade ! Pratt ennivre par son dessin noir et blanc tout en finesse. On y respire littéralement l'air du grand large, on tombe un peu amoureux de la belle et pure Pandora, et on tremble face au Moine. Du grand art...


La fièvre d'Urbicande
Série : Les citées obscures
Dessinateur : François Schuiten
Scénariste : Benoît Peeters
le développement du réseau

Difficile de résumer le monde des Cités Obscures en quelques lignes. Issu de l'imagination du très littéraire Benoît Peeters, et du fils d'architecte François Schuiten, chaque album de la série fait découvrir au lecteur une cité des mondes obscurs, monde parallèle au notre. Les très belles planches de Schuiten montrent des villes à la fois futuristes et rétros, et les scénarios de Peeters livrent leurs réflexions sur l'urbanisme. Dans la fièvre d'Urbicande, Eugen Robick, l'Urbatecte officiel de la ville, va être confronté au développement inexorable du Réseau sorti d'un mystérieux cube découvert sur un chantier. Incontrôlable, le Réseau bouleversera toute la vie de la cité et de ses habitants, à commencer par celle de l'austère Robick.
Superbe, ambitieux, intelligent, un album emblématique d'une série pas comme les autres.


La voiture immergée
Série : Gil Jourdan
Dessinateur : Maurice Tillieux
Scénariste : Maurice Tillieux
piégés par la marée

Justement surnommé le "Michel Audiard de la bande dessinée", Maurice Tillieux est un dialoguiste hors pair ; grand dessinateur, nul autre que lui n'a su rendre l'ambiance des banlieues sinistres, des docks glauques. Sa série la plus connue, Gil Jourdan, est un bijou d'enquêtes humoristico-policières, de réparties qui font mouche, de personnages qui marquent.
Dans cette série qui compte de nombreux chefs d'oeuvre, la voiture immergée se détache encore du lot. Au large de Labron, dans le Morbihan, la Tour du Joyeux Chevalier trône sur un roc relié à la côte par le Pas-du-Malin, chaussée submergée à marée haute. C'est sur cette chaussée que Nikita Zix trouve la mort, et que Jourdan et ses amis risquent la leur. Humour, suspense, ambiance sont au rendez-vous de ce classique de l'âge d'or belge, à lire et à relire.